google.com, pub-4611656155510097 , DIRECT, f08c47fec0942fa0 Homélie de Son Excellence Monseigneur Fridolin AMBONGO BESUNGU, Archevêque Métropolitain de Kinshasa, à la Pentecôte 2019 Le 09 juin 2019 à Saint Luc

Homélie de Son Excellence Monseigneur Fridolin AMBONGO BESUNGU, Archevêque Métropolitain de Kinshasa, à la Pentecôte 2019 Le 09 juin 2019 à Saint Luc

June 10, 2019

 

« Vous recevrez une puissance, celle de l’Esprit saint qui viendra sur vous : vous serez alors mes témoins » (Ac 1, 8) Solennité de la Pentecôte/Messe du jour Première Lecture : Actes 2.1–11 Psaume : Psaume 104.1, 24, 29–31, 34 Deuxième Lecture : Romains 8.8–17 Évangile : Jean 14.15–26 Mes Chers Diocésaines et Diocésains, Chers Frères et Sœurs, 1. Je suis heureux de célébrer avec vous cette grande solennité de la Pentecôte pour partager avec vous la vraie joie que donne l’Esprit Saint. Je remercie votre Curé Monsieur l’Abbé Jean-Pierre KIKONDA, ses Vicaires et toute la communauté paroissiale pour l’accueil que vous me réservez. 2. Nous célébrons aujourd’hui le don de l’Esprit aux Apôtres et, par conséquent, à toute l’Eglise. C’est le premier don que Dieu accorde aux chrétiens pour que leur vie lui plaise, comme nous le disons à la célébration eucharistique : « Afin que notre vie ne soit plus à nous-mêmes mais à lui qui est mort et ressuscité pour nous, il a envoyé d’auprès de toi, comme premier don fait aux croyants, l’Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification » (Prière Eucharistique IV). C’est ce qui dévoile tout le sens de la Pentecôte à la lumière de la parole de Dieu de ce jour. 3. Dans la première lecture, il est clairement dit : « Lorsque arriva la fête de la Pentecôte » (Ac 2, 1). Cela signifie que la Pentecôte n’a pas commencé avec les Apôtres. Mais elle a par contre reçu une nouvelle signification. En effet, la Pentecôte était pour les Juifs l’une des plus grandes fêtes de l’année. Elle renvoyait avant tout à la récolte comme ce que Dieu donne à son peuple pour le faire vivre. Plus tard, on y célébrera le don de la Loi à Moïse sur le mont Sinaï. Dieu ne fait pas vivre son peuple seulement du pain mais aussi de sa loi (Dt 8, 3). C’est à cette occasion de Pentecôte que les Apôtres reçoivent l’Esprit. Ce qui revient à dire que la nouvelle communauté ne vivra pas seulement du pain ou de la loi ; elle vivra aussi et surtout de l’Esprit. L’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, est désormais le facteur vivificateur principal pour tout enfant de Dieu. Car, dit Saint Paul, « tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils et filles de Dieu » (Rm 8, 14). C’est Lui qui doit nous faire vivre. 4. Quand l’Esprit nous conduit, il y a des attitudes que nous devons produire. a) Abandon de la peur. C’est l’invitation solennelle que lance Saint Paul : « alors, finie la crainte : vous n’avez pas reçu un esprit d’esclaves mais un esprit de fils » (Rm 8, 15). C’est l’exemple des Apôtres. Ils étaient enfermés dans la maison par peur des juifs. Mais ils sortiront et en diverses langues l’accomplissement des promesses du salut. Par conséquent, tout chrétien, devenu prophète au baptême, a la mission de faire connaître Dieu et sa volonté au monde. C’est la priorité missionnaire (cf. Lc 4, 18 ; Ac 6, 2). Car l’humanité doit connaître Dieu, l’accueillir pour être sauvée. Pour cela, il n’y a pas d’espace réservé. Proposons courageusement l’évangile du Christ à tous et partout. c) Se laisser conduire par l’Esprit Saint. C’est une expérience authentiquement chrétienne. Un chrétien est celui qui, par l’Esprit Saint reçu au baptême, est devenu cohéritier du Christ (une grande dignité) et qui doit, comme le Christ, se laisser guider par le même Esprit. Ce qui implique le discernement et une vie de proximité avec l’Esprit Saint pour saisir comment Il nous parle, conseille et nous oriente pour que nous vivions véritablement comme des enfants de Dieu. Quand l’Esprit Saint nous conduit, il nous identifie pleinement au Christ : sa dignité d’enfant de Dieu, sa souffrance et sa gloire (cf. Rm 8, 17). 5. Sachons que comme baptisés, nous avons reçu l’Esprit Saint, qui est une force qui nous habilite à travailler pour la transformation de notre pays. C’est une responsabilité immense qui incombe à tous les chrétiens. Nous ne pouvons pas nous dérober devant cette mission que nous confie le Seigneur. La Pentecôte est donc la fête des chrétiens qui prennent conscience qu’ils sont des témoins de l’avènement du Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu se trouve partout où les hommes et les femmes sans distinction de langues, ethnies, tribus, classes sociales, religions, nations, se reconnaissent fils et filles d’un même père, frères et sœurs en humanité et se donnent la main pour faire reculer les frontières de l’injustice, de l’égoïsme, de l’exploitation des pauvres et bâtir ainsi une civilisation de l’amour. Ce Royaume est en nous, il est parmi nous : c’est le « royaume de vie et de vérité, royaume de grâce et de sainteté, royaume de justice, d’amour et de paix ». J vous invite, avec la force de l’Esprit Saint et le rayonnement de votre témoignage, à transformer la face du monde, spécialement celle de Kinshasa. 6. Puisse la Vierge Marie qui a été prise à l’ombre de l’Esprit Saint pour mieux accomplir sa mission, intercéder pour chacune des missions que vous avez à accomplir sous la conduite de l’Esprit Saint. Joyeuse fête de Pentecôte + Fridolin AMBONGO Besungu, ofm cap Archevêque Métropolitain de Kinshasa« Vous recevrez une puissance, celle de l’Esprit saint qui viendra sur vous : vous serez alors mes témoins » (Ac 1, 8) Solennité de la Pentecôte/Messe du jour Première Lecture : Actes 2.1–11 Psaume : Psaume 104.1, 24, 29–31, 34 Deuxième Lecture : Romains 8.8–17 Évangile : Jean 14.15–26 Mes Chers Diocésaines et Diocésains, Chers Frères et Sœurs, 1. Je suis heureux de célébrer avec vous cette grande solennité de la Pentecôte pour partager avec vous la vraie joie que donne l’Esprit Saint. Je remercie votre Curé Monsieur l’Abbé Jean-Pierre KIKONDA, ses Vicaires et toute la communauté paroissiale pour l’accueil que vous me réservez. 2. Nous célébrons aujourd’hui le don de l’Esprit aux Apôtres et, par conséquent, à toute l’Eglise. C’est le premier don que Dieu accorde aux chrétiens pour que leur vie lui plaise, comme nous le disons à la célébration eucharistique : « Afin que notre vie ne soit plus à nous-mêmes mais à lui qui est mort et ressuscité pour nous, il a envoyé d’auprès de toi, comme premier don fait aux croyants, l’Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification » (Prière Eucharistique IV). C’est ce qui dévoile tout le sens de la Pentecôte à la lumière de la parole de Dieu de ce jour. 3. Dans la première lecture, il est clairement dit : « Lorsque arriva la fête de la Pentecôte » (Ac 2, 1). Cela signifie que la Pentecôte n’a pas commencé avec les Apôtres. Mais elle a par contre reçu une nouvelle signification. En effet, la Pentecôte était pour les Juifs l’une des plus grandes fêtes de l’année. Elle renvoyait avant tout à la récolte comme ce que Dieu donne à son peuple pour le faire vivre. Plus tard, on y célébrera le don de la Loi à Moïse sur le mont Sinaï. Dieu ne fait pas vivre son peuple seulement du pain mais aussi de sa loi (Dt 8, 3). C’est à cette occasion de Pentecôte que les Apôtres reçoivent l’Esprit. Ce qui revient à dire que la nouvelle communauté ne vivra pas seulement du pain ou de la loi ; elle vivra aussi et surtout de l’Esprit. L’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, est désormais le facteur vivificateur principal pour tout enfant de Dieu. Car, dit Saint Paul, « tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils et filles de Dieu » (Rm 8, 14). C’est Lui qui doit nous faire vivre. 4. Quand l’Esprit nous conduit, il y a des attitudes que nous devons produire. a) Abandon de la peur. C’est l’invitation solennelle que lance Saint Paul : « alors, finie la crainte : vous n’avez pas reçu un esprit d’esclaves mais un esprit de fils » (Rm 8, 15). C’est l’exemple des Apôtres. Ils étaient enfermés dans la maison par peur des juifs. Mais ils sortiront et en diverses langues l’accomplissement des promesses du salut. Par conséquent, tout chrétien, devenu prophète au baptême, a la mission de faire connaître Dieu et sa volonté au monde. C’est la priorité missionnaire (cf. Lc 4, 18 ; Ac 6, 2). Car l’humanité doit connaître Dieu, l’accueillir pour être sauvée. Pour cela, il n’y a pas d’espace réservé. Proposons courageusement l’évangile du Christ à tous et partout. c) Se laisser conduire par l’Esprit Saint. C’est une expérience authentiquement chrétienne. Un chrétien est celui qui, par l’Esprit Saint reçu au baptême, est devenu cohéritier du Christ (une grande dignité) et qui doit, comme le Christ, se laisser guider par le même Esprit. Ce qui implique le discernement et une vie de proximité avec l’Esprit Saint pour saisir comment Il nous parle, conseille et nous oriente pour que nous vivions véritablement comme des enfants de Dieu. Quand l’Esprit Saint nous conduit, il nous identifie pleinement au Christ : sa dignité d’enfant de Dieu, sa souffrance et sa gloire (cf. Rm 8, 17). 5. Sachons que comme baptisés, nous avons reçu l’Esprit Saint, qui est une force qui nous habilite à travailler pour la transformation de notre pays. C’est une responsabilité immense qui incombe à tous les chrétiens. Nous ne pouvons pas nous dérober devant cette mission que nous confie le Seigneur. La Pentecôte est donc la fête des chrétiens qui prennent conscience qu’ils sont des témoins de l’avènement du Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu se trouve partout où les hommes et les femmes sans distinction de langues, ethnies, tribus, classes sociales, religions, nations, se reconnaissent fils et filles d’un même père, frères et sœurs en humanité et se donnent la main pour faire reculer les frontières de l’injustice, de l’égoïsme, de l’exploitation des pauvres et bâtir ainsi une civilisation de l’amour. Ce Royaume est en nous, il est parmi nous : c’est le « royaume de vie et de vérité, royaume de grâce et de sainteté, royaume de justice, d’amour et de paix ». J vous invite, avec la force de l’Esprit Saint et le rayonnement de votre témoignage, à transformer la face du monde, spécialement celle de Kinshasa. 6. Puisse la Vierge Marie qui a été prise à l’ombre de l’Esprit Saint pour mieux accomplir sa mission, intercéder pour chacune des missions que vous avez à accomplir sous la conduite de l’Esprit Saint. Joyeuse fête de Pentecôte + Fridolin AMBONGO Besungu, ofm cap Archevêque Métropolitain de Kinshasa

 

ici pour télécharger en PDF

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

COMMUNIQUE NÉCROLOGIQUE

November 4, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents